Accueil  > Professionnels de santé > Défense et illustration des ostéopathes
 
Professionnels de santé
 
 
Défense et illustration des ostéopathes
février 2009


Je ne résiste pas au plaisir de vous donner de nombreux extraits de l’argumentation développée par Léon Truculus contre la création d’un Conseil de l’Ordre des ostéopathes, sur le site Kineskud, au titre évocateur de quelques autres débats en santé : Ostéopathie, contre-pets et dernières flatulences . Mais allez y faire un tour vous-même, ne serait-ce que pour voir les images.

" La règle n’engendre pas la vertu, mais des démerdards à la petite semaine.

J’ai fait mes études d’ostéopathe, plutôt longues, avec des toubibs, des kinésithérapeutes, des infirmiers, des arracheurs de dents, et même de simples bacheliers qui observaient les fossiles de trente ans que nous étions alors en se poilant. TOUS, sans exception, ont répondu en fin de cursus aux critères ultra-sélectifs de cette science nouvelle, aux techniques marginales et particulièrement spécifiques, qu’est l’ostéopathie. Savoir soigner une carie n’a jamais prédisposé à ressentir un mouvement respiratoire primaire. Pour beaucoup d’entre nous, au contraire, un diplôme médical préalable, à la pensée unique et stéréotypée, fut un profond handicap de départ pour nos mains et nos réflexes de thérapeutes peu habitués à se remettre en question et à s’affranchir du carcan rhétorique et pragmatique, pour ne pas dire conformiste, d’une médecine plus que labellisée.

Si, en début de formation, la disparité des connaissances médicales était patente entre un BAC G et un généraliste, je peux vous assurer qu’après six ans, entre leurs mains expertes de professionnels formatés à l’ostéopathie, vous ne saviez plus dire qui est qui et qui vient de quoi…

Demander à un ostéopathe d’avoir un pré-cursus médical est aussi abscons que d’exiger d’un chaudronnier-tôlier de passer un diplôme de chef d’orchestre en préambule à sa formation technique.

Répondre à des critères de formation commune - et que les uns cessent une fois pour toutes de se prévaloir d’une légitimité plus « historique » que d’autres. Un toubib, au-delà de sa connaissance médicamenteuse incontestable et incontestée, s’il ne se forme qu’en quelques w.e. à la Baule sera bien plus délétère sur une manipulation vertébrale qu’une femme de ménage slovaque ayant poursuivit une formation de six ans.

L’ostéopathie doit devenir un métier à part entière, que les uns et les autres pratiqueront en sus, au dépend, en annexe ou en dehors du cadre de toute formation initiale ou prétendue telle.

La réalité, c’est que le kinésithérapeute à une pétoche noire de se voir chouraver par de plus compétents que lui sa part du fromage - remarquez, il a raison de se méfier car ce serait loin d’être la première fois… Mais c’est bien fait pour lui, il n’a qu’à coloniser, investir, développer, plutôt que de beugler de l’arrière-salle en s’ouvrant ses bières au comptoir…

Le discours un tantinet démago. qui se colporte çà et là dans les écoles, relatant que la « belle et grande ostéopathie » serait le fait unique du vierge bachelier non-corrompu - et dans sa main et dans ses adoubements à une autre philosophie médicale - est une allégation mal intentionnée et hautement polarisée qui, si elle peut encore se défendre au forceps lors de la toute première année de formation, devient fortement suspecte six ans plus tard.

s’il vous faut vraiment un bouc-émissaire à l’enlisement très franco-français du dossier de l’ostéopathie, allez donc reluquer vers celui dont vous osez à peine murmurer le nom du bout des lèvres ; le toubib. Car lui seul, légitimement épuisé par huit longues années d’études initiales, rechigne à six ans supplémentaires et, à quelques consciences éclairées près, fait un pressing considérable - quelque part compréhensible mais ô combien erroné - vers une ostéopathie bradée sous une forme ou une autre de C.E.S., ou pas même, à la petite semaine.

Ce que tout le monde sait - cette science délicate - ne pouvoir s’acquérir qu’en de longues années de pratique, le médecin fait mine, se parant tel le paon de sa galerie de diplômes, de ne pas le savoir.

Nous le savons tous mais nous le taisons pieusement : combien de ces généralistes, de ces « médecins du sport », se flattant d’une vague « sensibilisation » à l’ostéopathie, manipulent en toute incompétence, en toute dangerosité, sans jamais être inquiétés le moins du monde ? "




     
Mots clés liés à cet article
  masseurs kinésithérapeutes ostéopathes
     
     
Envoyer un commentaire Imprimer cet article
 
     
   
  Humeurs
Entretiens
Déterminants de santé
Problèmes de santé
Organisation des soins
Professionnels de santé
Economie de la santé
International
Transversales
Société
Chantiers
Images
Portail
Initiatives
Bonheurs du jour
   
   
Proposer un article
S'inscrire à la newsletter
Mots clés
Emploi
Liens
Contact
 
• Des hommes sages-femmes...
• Le Haut conseil des professions paramédicales est officialisé...
• Médecine du travail et médecine scolaire, spécialités en crise...
• Démographie médicale : pour le Conseil national de l’Ordre des médecins, un problème de répartition...
• Réforme de l’Université et facs de médecine...
• Chirurgiens-dentistes : démographie et horizon 2030...
• Les infirmières aiment leur travail, pas leurs conditions de travail...
• Réforme du statut des praticiens de CHU : une proposition de René Frydman ...
• Petit traité de la décision médicale (un livre de Pierre Lecoz)...
• Deuxième colloque de la Fondation GSK : soigner le sida en Afrique...
• Comment installer les jeunes médecins dans le désert : les propositions du SMG...
• Formation médicale continue "sous dépendance"...
• Cadre de santé : un historique...
• Les infirmières en santé au travail en colloque...
• Généraliste, sérieux et drôle : c’est possible !...
• Création de l’Académie des Sciences infirmières...
• Ordre des infirmiers : un dossier d’Infirmiers.com...
• Les infirmiers en cancérologie pour la reconnaissance de leur spécialité...
• Rémunération des médecins généralistes : les temps changent...
• Infirmières, kinésithérapeutes : désOrdres...
• Des syndicats médicaux à l’amende pour incitation abusive au dépassement d’honoraires...
• Visiteurs médicaux, information des médecins et torture...
• Élections à l’Ordre infirmier : taux de participation plus élevé que prévu...
• Lettre ouverte aux acteurs de l’éducation thérapeutique du patient...
• La représentativité des syndicats médicaux...
• Secret médical : du colloque singulier au DMP...
• Les infirmières libérales en ont assez d’être méprisées...
• Souffrance psychique : les généralistes « inventent » une maladie...
• Hommage au Dr Patrice Muller...
• Un appel en faveur de la médecine générale...
• Un communiqué de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes à propos de ses opposants...
• Quels patients et quels problèmes dans les cabinets des médecins généralistes ?...
• Démographie médicale : les données 2008 de l’Ordre des médecins...
• Démographie médicale : une cartographie des généralistes par des généralistes...
• Chargée de communication du secteur associatif ? kaissqueussé ?...
• L’Ordre des pharmacien perquisitionné !...
• L’Ordre infirmier au complet...
• Rémunérations des médecins dans 14 pays de l’OCDE ...
• Défense et illustration des ostéopathes...
• Transparence de l’information médicale : pour le Formindep et l’UFC-Que choisir, la loi n’est pas respectée...
• Pour la reconnaissance au niveau master des sages-femmes...
• Démographie médicale et origine sociale des médecins...
• Problèmes de santé des généralistes : la fatigue et le stress, avant tout...
• L’art médical est une enquête policière...
• Infirmières en pratiques avancées : une étude comparative de l’OCDE...
• On manque d’infirmières : oui, et alors ?...
• Toubibs ! merci de fixer vos idées !...
• Pourquoi certains médecins prescrivent beaucoup et d’autres moins....
• Formation initiale infirmière : le modèle suisse à Limoges...
• Dépassements d’honoraires : le débat est engagé...
• Démographie médicale à Paris : le double langage de la Sécurité Sociale...
• Internat en médecine générale : un parcours initiatique...
• Histoires de soigner ou le Lavadonf...
 
 
 
 
Wikio - Top des blogs - Santé et bien être