Accueil  > Problèmes de santé > Don d’organe, don de soi, sacrifice de soi ?
 
Problèmes de santé
 
 
Don d’organe, don de soi, sacrifice de soi ?
février 2008


Parce qu’elle permet de sauver des vies, la transplantation hépatique a soulevé l’enthousiasme des chirurgiens qui la pratiquent. Jusqu’à ce qu’ils réalisent qu’elle pouvait aussi saccager d’autres vies, celles des donneurs, au point de s’interroger sur le bien-fondé des interventions. Pour les éclairer, certains ont fait appel à Mathilde Zelany, psychologue clinicienne. Elle a interrogé 46 donneurs ou futurs donneurs avant, pendant et après la transplantation. Les résultats de son enquête sont troublants.

Car si, avant l’intervention, le don apparaît à tous comme une évidence, légitimé par la certitude médicale, il s’installe déjà un « brouillage » entre une équipe de soins et un individu bien portant qui « font front commun » contre la mort de l’autre : l’un donne réellement un morceau de soi, de son corps. Mais après, il est bien fini le « silence des organes » (qui caractérise la santé, selon la formule de Leriche) ! Certains donneurs ont alors une conscience aigüe de leur « sacrifice » et de l’altération de leur intégrité corporelle, donc de leur identité. Certains basculent dans la dépression.

De plus, ils perçoivent souvent le « retour sur investissement » comme étant bien faible, de la part de quelqu’un qui leur doit la vie (car, fait remarquer l’auteure, il y a aussi une logique économique d’échanges autour d’un produit rare, le foie). Les relations familiales redeviennent banales, rien n’a vraiment changé (il faut rappeler ici que le don ne peut avoir lieu légalement qu’entre membres d’une même famille, en cas de donneur vivant). S’installe le sentiment d’ingratitude. Les véritables enjeux du don se révèlent : le fantasme de régénérer la famille, l’interdiction implicite mais intense du refus, aussi bien intime que porté par les autres. Comment accepter de condamner un proche à mort ?

L’équipe médicale se retrouve bien souvent désemparée, alors même qu’elle est convaincue d’avoir bien expliqué toutes les conséquences de l’intervention chirurgicale, alors même qu’elle a tout fait pour recueillir un « consentement éclairé ». « On me poignarde avec mon accord », dit une donneuse dans une formule saisissante. Mathilde Zelany invite les chirurgiens à « repenser le cadre » du don d’organe, en accordant une place importante à l’écoute des donneurs, pour qu’ils puissent au moins dire ce qui est inavouable.

Esprit. Janvier 2008. Mathilde Zelany. Donner de soi. Sur la clinique du donneur vivant dans les transplantations hépatiques.

Article paru dans la Revue du praticien médecine générale du 12 février 2008 (tome 22, numéro 795)




     
Mots clés liés à cet article
  famille soin éthique responsabilité dons d’organes mort
     
     
Envoyer un commentaire Imprimer cet article
 
     
   
  Humeurs
Entretiens
Déterminants de santé
Problèmes de santé
Organisation des soins
Professionnels de santé
Economie de la santé
International
Transversales
Société
Chantiers
Images
Portail
Initiatives
Bonheurs du jour
   
   
Proposer un article
S'inscrire à la newsletter
Mots clés
Emploi
Liens
Contact
 
• Analyse économique des coûts du cancer en France (avril 2007)...
• Une enquête prouve que la pollution favorise asthme et allergies...
• Benoît XVI en pèlerin de la lutte contre l’avortement au Brésil...
• Manifestation pour l’indemnisation des victimes de l’amiante...
• Les cancers professionnels, une plaie sociale trop longtemps ignorée...
• "Nouvelles" maladies : l’emprise du marketing...
• Maladies orphelines : une mise au point de Viva magazine...
• Diabète : le coût de la prise en charge multiplié par deux en 5 ans...
• Maladies rares et essais cliniques...
• Cannabis : la somme de l’OFDT...
• Pourquoi y a-t-il de plus en plus de malades mentaux dans les prisons ? ...
• Handicaps auditifs : les inégalités sociales et de sexe y jouent aussi un rôle...
• Grande-Bretagne : le diagnostic préimplantatoire autorisé pour un gène prédisposant au cancer ...
• Un lien entre consommation régulière de cannabis et psychose...
• A propos d’un "autiste savant"...
• Polémique sur le dépistage systématique du cancer de la prostate...
• Cancer : l’héroïsme est de vivre en conscience de soi...
• Autisme : initiatives des associations...
• Risques psycho-sociaux et travail...
• Stress au travail et pathologies cardiovasculaires : un lien direct...
• Amiante : les voisins de l’usine aussi...
• Stress : la dimension collective...
• Amiante : un artisan sur deux a été exposé...
• Cocaïne : la conquête de l’Europe...
• Un rapport sur l’autisme...
• Cocaïne : la conquête de l’Europe...
• Don d’organe, don de soi, sacrifice de soi ?...
• La sous-estimation des cancers professionnels...
• Dépression : un Français sur cinq...
• Affections de longue durée : une mise au point pratique...
• Morts par traumatismes en Europe...
• Quel est le meilleur régime amaigrissant ?...
• Les malades mentaux sont surtout dangereux pour eux-mêmes...
• Surmortalité maternelle des femmes de nationalité étrangère : la faute aux soins ?...
• La vie d’un enfant ne vaut pas 25 centimes...
• Antibiotiques : cocorico !...
• Cancer : Le bénéfice d’un dépistage généralisé n’est jamais évident...
• Drogue au travail : la nécessité du dépistage n’est pas une évidence...
• Piqûre de rappel : la vaccination contre l’hépatite B...
• Au 21 décembre 2009, H1N1 : 168 morts - Froid : 338 morts...
• Toxicomanie : trouble du comportement ou maladie chronique ?...
• L’avortement chez les jeunes femmes : norme ou traumatisme ?...
• Un plaidoyer pour l’interdiction du tabac...
• La santé publique au service du bien commun ? (à propos du livre de Didier Jourdan)...
• À propos du livre "Quand les esprits viennent aux médecins" (Serge Bouznah, Catherine Lewertowski)...
• Des promesses et des parents épuisés...
• Comment réussir ses vacances malgré une mobilité réduite ?...
• Accident et handicap : renaître à un autre moi...
• Vaccinations : un numéro spécial de la revue Pratiques...
• L’annonce au malade...
 
 
 
 
Wikio - Top des blogs - Santé et bien être