Accueil  > Entretiens
 
0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 |...
Entretiens  trier par nom
 
Dans un travail abondamment cité sur les urgences hospitalières, Nicolas Belorgey a montré que la logique des réformes mises en oeuvre est essentiellement budgétaire, la notion de qualité des soins n’étant mise en avant que pour masquer celle de productivité. Il est cependant à craindre que non seulement le management qui s’ensuit soit délétère pour les patients, mais qu’il le soit aussi pour l’équilibre financier du système de soins.







L’établissement de normes, souvent traduites par des recommandations et des protocoles, a indéniablement constitué un progrès dans la prise en charge de nombreux états pathologiques. Cependant leur prolifération menace de submerger le sens clinique des praticiens, ainsi que leur attention aux patients, c’est-à-dire en définitive d’attenter à la liberté créatrice des uns et des autres. En effet, le problème est loin de ne se cantonner qu’à la médecine. Il touche de plus en plus tous les domaines de l’activité humaine.







Pour la sociologie, le métier de médecin a réalisé l’archétype de ce qu’est une profession. Si cette conception a été attaquée par l’école interactionniste, avec des bénéfices évidents en ce qui concerne la description des activités, elle peut être aujourd’hui utilement remplacée par le concept de "sagesse pratique" ou d’activité prudentielle, dans laquelle le praticien est attentif à la complexité et à la singularité du réel et agit dessus en utilisant tous les outils dont il dispose. La délibération est un élément clef de sa démarche, notamment avec les autres.







Le care n’est pas une valeur ou une pratique réservées aux femmes ou à certains métiers. Le mot exprime la vulnérabilité de tout être humain, le besoin qu’il a des autres pour vivre et l’attention qu’il peut lui-même leur porter. Il ne s’oppose pas à la morale dominante fondée sur la raison et le postulat de l’autonomie des personnes, mais la complète. Concept transversal à toutes les activités prenant soin des autres, il implique la revalorisation de celles qui sont amoindries au profit de la technicité.







L’interdiction de certaines drogues a d’abord été une préoccupation de santé publique, initiée par des médecins. La toxicomanie est une maladie. Les législations répressives sont un échec. Elles sont même contreproductives, en favorisant la corruption. Il n’est pas question de légaliser les drogues, mais d’encadrer leurs usages.







0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 |...
 
     
   
  Humeurs
Entretiens
Déterminants de santé
Problèmes de santé
Organisation des soins
Professionnels de santé
Economie de la santé
International
Transversales
Société
Chantiers
Images
Portail
Initiatives
Bonheurs du jour
   
   
Proposer un article
S'inscrire à la newsletter
Mots clés
Emploi
Liens
Contact
 
 
 
 
Wikio - Top des blogs - Santé et bien être