Accueil  > Problèmes de santé > Aux bords de la folie
 
Problèmes de santé
 
 
Aux bords de la folie
juin 2015, par serge cannasse 

La revue Esprit s’intéresse très régulièrement aux questions de santé et apparentées, avec des approches mêlant points de vue de médecins et travaux de chercheurs non médecins. Dans son numéro de mars-avril, elle propose un riche panorama de la préoccupation psychologique des sociétés occidentales, des controverses actuelles autour de la psychiatrie et des représentations de la folie.

04080058w-St Martin Canigou

« La préoccupation psychologique est devenue un phénomène de masse », écrit Marc-Olivier Padis en introduction. Tout mal-être semble pouvoir relever de la consultation médicale, conformément à la célèbre définition de la santé par l’OMS (« état de bien-être etc »), d’autant que les patients reprennent volontiers (et maladroitement) le vocabulaire de la psychiatrie pour se décrire (« je suis déprimé » au lieu de « je suis triste »). Il y a donc une inflation de demandes d’ordre psy qui en France va de pair avec la conviction que les traitements médicamenteux en sont une réponse satisfaisante, voire commode à défaut d’être idéale.

Quant à elles, les pathologies psychiatriques ne changent guère. Ce qui bouge, ce sont les façons de les appréhender. Aux oppositions virulentes entre les diverses écoles de la psychanalyse se sont substitués les conflits souvent guère plus amènes entre celles-ci et les théories cognitivo-comportementales, souvent alimentés par les découvertes des neurosciences. Constat remarquable de tous les praticiens s’exprimant dans ce numéro : dans les faits cela ne change pas grand chose, puisque tout le monde recourt à peu près au même panel d’outils. Quant au rêve neurobiologiste d’avoir un marqueur de la maladie mentale, il s’avère que le sujet humain, même fou, même déterminé génétiquement, n’est pas si facile à éliminer dans une soi-disant objectivité.

Mieux, comme le dit Olivier Tarragano, psychiatre, le problème avec la bible de la psychiatrie américaine, le DSM, qui s’est fortement éloigné des théories analytiques, c’est « qu’avec l’éclatement des catégories, elles en viennent à décrire chacun d’entre nous. » Si la médecine s’introduit dans le moindre recoin de nos vies privées, la tentation de consulter pour tout problème n’est guère surprenante. « Lorsqu’on souffre au travail, on va voir le médecin avant d’aller voir le représentant syndical, » regrette Jean-Louis Gallais, médecin généraliste, qui renchérit : « On demande de plus en plus à la médecine des choses qu’elle n’a pas à faire, et elle a le tort de l’accepter.  »

Médecine générale et psychiatrie ont un point commun de taille : elles ont aujourd’hui majoritairement affaire à des pathologies chroniques, avec des patients dont les trajectoires sont compliquées, souvent effectuées avec l’appui de leurs proches et dans un manque organisationnel flagrant. Le secteur psychiatrique a été et reste une avancée majeure du système de santé français. Mais il ne répond plus à tous les besoins, pour au moins trois raisons. D’abord sa cartographie territoriale est devenue d’une telle complexité qu’elle est souvent illisible. Ensuite, elle ne répond guère aux évolutions sociétales, marquées notamment par l’implication des familles et des mouvements de patients, mais aussi des élus locaux (l’entretien avec Denys Robillard, député du Loir-et-Cher, montre bien leur implication). Enfin l’ambition initiale du secteur de faire sortir les patients hors les murs asilaires s’est heurtée au manque de moyens pour les accueillir dans la cité et assurer des allers-retours sereins entre celle-ci et l’hôpital. Aujourd’hui, de très nombreux patients sont à la rue ou en prison qui, comme le montre l’article de Didier Fassin, est un lieu pour le moins inadapté et souvent pathogène.

Le recours à l’enfermement rappelle les analyses de Michel Foucault sur la mise à l’écart des « aliénés » au début du 19ème siècle … Il n’est pas sans rapport avec la stigmatisation sécuritaire des « fous », habituellement invisibles, mais mis en spectacle à l’occasion de faits divers de préférence sanglants. C’est sans doute dans le cinéma de Tarrentino que l’association entre dangerosité et invisibilité des fous est la plus flagrante, au point qu’aucun diagnostic ne semble pouvoir être posé à propos de personnages à l’étrangeté irréductible.

Esprit. Aux bords de la folie. n°413. Mars-avril 2015. 20 euros. site de la revue

Photo : St Martin du Canigou, 2004 ©serge cannasse




     
Mots clés liés à cet article
  santé mentale cinéma psychologie-psychiatrie représentations soins primaires (de premier recours) discrimination
     
Imprimer cet article
 
     
   
  Humeurs
Entretiens
Déterminants de santé
Problèmes de santé
Organisation des soins
Professionnels de santé
Economie de la santé
International
Transversales
Société
Chantiers
Images
Portail
Initiatives
Bonheurs du jour
   
   
Proposer un article
S'inscrire à la newsletter
Mots clés
Emploi
Liens
Contact
 
• L’annonce au malade...
• Vaccinations : un numéro spécial de la revue Pratiques...
• Accident et handicap : renaître à un autre moi...
• Comment réussir ses vacances malgré une mobilité réduite ?...
• Des promesses et des parents épuisés...
• À propos du livre "Quand les esprits viennent aux médecins" (Serge Bouznah, Catherine Lewertowski)...
• La santé publique au service du bien commun ? (à propos du livre de Didier Jourdan)...
• Un plaidoyer pour l’interdiction du tabac...
• L’avortement chez les jeunes femmes : norme ou traumatisme ?...
• Toxicomanie : trouble du comportement ou maladie chronique ?...
• Au 21 décembre 2009, H1N1 : 168 morts - Froid : 338 morts...
• Piqûre de rappel : la vaccination contre l’hépatite B...
• Drogue au travail : la nécessité du dépistage n’est pas une évidence...
• Cancer : Le bénéfice d’un dépistage généralisé n’est jamais évident...
• Antibiotiques : cocorico !...
• La vie d’un enfant ne vaut pas 25 centimes...
• Surmortalité maternelle des femmes de nationalité étrangère : la faute aux soins ?...
• Les malades mentaux sont surtout dangereux pour eux-mêmes...
• Quel est le meilleur régime amaigrissant ?...
• Morts par traumatismes en Europe...
• Affections de longue durée : une mise au point pratique...
• Dépression : un Français sur cinq...
• La sous-estimation des cancers professionnels...
• Don d’organe, don de soi, sacrifice de soi ?...
• Cocaïne : la conquête de l’Europe...
• Un rapport sur l’autisme...
• Cocaïne : la conquête de l’Europe...
• Amiante : un artisan sur deux a été exposé...
• Stress : la dimension collective...
• Amiante : les voisins de l’usine aussi...
• Stress au travail et pathologies cardiovasculaires : un lien direct...
• Risques psycho-sociaux et travail...
• Autisme : initiatives des associations...
• Cancer : l’héroïsme est de vivre en conscience de soi...
• Polémique sur le dépistage systématique du cancer de la prostate...
• A propos d’un "autiste savant"...
• Un lien entre consommation régulière de cannabis et psychose...
• Grande-Bretagne : le diagnostic préimplantatoire autorisé pour un gène prédisposant au cancer ...
• Handicaps auditifs : les inégalités sociales et de sexe y jouent aussi un rôle...
• Pourquoi y a-t-il de plus en plus de malades mentaux dans les prisons ? ...
• Cannabis : la somme de l’OFDT...
• Maladies rares et essais cliniques...
• Diabète : le coût de la prise en charge multiplié par deux en 5 ans...
• Maladies orphelines : une mise au point de Viva magazine...
• "Nouvelles" maladies : l’emprise du marketing...
• Les cancers professionnels, une plaie sociale trop longtemps ignorée...
• Manifestation pour l’indemnisation des victimes de l’amiante...
• Benoît XVI en pèlerin de la lutte contre l’avortement au Brésil...
• Une enquête prouve que la pollution favorise asthme et allergies...
• Analyse économique des coûts du cancer en France (avril 2007)...
 
 
 
 
Wikio - Top des blogs - Santé et bien être