Accueil  > Bonheurs du jour > Dans "De la démocratie en Amérique", de Alexis de Tocqueville
 
Bonheurs du jour
 
 
Dans "De la démocratie en Amérique", de Alexis de Tocqueville
janvier 2014, par serge cannasse 

" On aura beau faciliter les abords des connaissances humaines, améliorer les méthodes d’enseignement et mettre la science à bon marché, on ne fera jamais que les hommes s’instruisent et développent leur intelligence sans y consacrer du temps. Le plus ou moins de facilité que rencontre le peuple à vivre sans travailler forme donc la limite nécessaire de ses progrès intellectuels. Pour qu’elle n’existât point, il faudrait que le peuple n’eût plus à s’occuper des soins matériels de la vie, c’est-à-dire qu’il ne fut plus le peuple."

"Il est donc aussi difficile de concevoir une société où tous les hommes soient très éclairés, qu’un État où tous les citoyens soient riches ; ce sont là deux difficultés corrélatives. J’admettrai sans peine que la masse des citoyens veut très sincèrement le bien du pays ; je vais même plus loin, et je dis que les classes inférieures de la société me semblent mêler, en général, à ce désir moins de combinaisons d’intérêts personnels que les classes élevées ; mais ce qui leur manque toujours, plus ou moins, c’est l’art de juger des moyens tout en voulant sincèrement la fin."

Alexis de Tocqueville. De la démocratie en Amérique. 1835. Robert Laffont, 1986. Ed Bouquins. 1184 pages,30 euros.

Photo : Tunisie, 2007 ©serge cannasse




Imprimer cet article
 
     
   
  Humeurs
Entretiens
Déterminants de santé
Problèmes de santé
Organisation des soins
Professionnels de santé
Economie de la santé
International
Transversales
Société
Chantiers
Images
Portail
Initiatives
Bonheurs du jour
   
   
Proposer un article
S'inscrire à la newsletter
Mots clés
Emploi
Liens
Contact
   
 
 
 
Wikio - Top des blogs - Santé et bien être