Accueil  > Chantiers > La médecine du travail
 
Chantiers
 
 
La médecine du travail
juin 2015, par serge cannasse 

Depuis plusieurs années, la médecine du travail fait l’objet de débats intenses et discrets, qui sont loin de se résumer aux polémiques médiatiques sur son indépendance à l’égard des employeurs. Ils portent avant tout sur ses missions et les moyens de les exercer. La loi de juillet 2011 a entamé sa réorganisation, du moins sur le papier.

11080230-Milan

En novembre 2007, l’’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) présentait un rapport sur la réforme de la médecine du travail qui, à quelques critiques près, semble faire consensus. Il parait donc logique de s’en servir pour introduire à cette spécialité, pour laquelle existe une opinion largement partagée sur l’urgence de la "repenser en profondeur", comme l’écrivait le rédacteur en chef de Santé et Travail. La visite d’aptitude faisait déjà l’objet de sérieuses critiques.

Médecine du travail : mener les réformes à leur terme

L’année suivante, plusieurs préconisations qualifiées d’urgentes ont été avancées par le Conseil Économique et Social, notamment l’inscription dans la loi des missions de la santé au travail, le renforcement du rôle et des responsabilités du médecin du travail (avec en particulier un devoir de saisine) et le financement par la Caisse nationale d’assurance maladie.

Réforme de la médecine du travail : l’avis du Conseil Économique et social

En 2011, une loi sur la santé au travail était votée. Bien que ne suivant pas les principales préconisations de l’IGAS et du CES, elle semblait faire consensus, donnant aux services de santé au travail comme principale mission le conseil aux partenaires sociaux des entreprises (employeurs et salariés). En 2013, la Cour des Comptes en faisait un premier bilan, qui commençait par un rappel du dispositif français.

Loi du 20 juillet 2011 sur la santé au travail. 1) Une loi "consensuelle"

Le constat n’était pas tendre, montrant les nombreuses difficultés pratiques que l’application de la loi ne peut manquer de rencontrer. Il laissait de plus l’impression que le texte législatif était inspiré par les recettes habituelles du “nouveau management” et la rhétorique moderne sur la santé, bien éloignées des contraintes réelles : la pénurie de médecins, la faible implication des partenaires sociaux et le primat de la visite d’embauche.

Loi de juillet 2011 sur la santé au travail. 2) le rapport sévère de la Cour des comptes

Pour le sociologue Pascal Marichalar, ces évolutions ont été souhaitées par une partie du patronat (mais une partie seulement) afin de limiter l’importance de la médecine du travail, spécialité dévalorisée, faisant l’objet de peu de travaux et dont l’efficacité est contestée. Les outils utilisés pour ce faire ont été rhétoriques, mettant en avant les notions de santé (et non de médecine), de prévention et de pluridisciplinarité (encore aujourd’hui très limitée).

entretien avec Pascal Marichalar : “ Médecine du travail, une spécialité invisible

Dans un livre récent, Pascal Marichalar s’interroge sur l’indépendance des médecins du travail à l’égard des employeurs, qui sont aussi les payeurs. Il se prononce pour la suppression de la visite d’aptitude, comme le fait un rapport demandé par le gouvernement à trois personnalités et à l’IGAS.

La médecine du travail en chantier

Une bonne idée de ce que peut apporter une médecine du travail au service des salariés est apportée par le livre de Dominique Fernandez. Pour lui, le travail ne doit pas seulement être considéré comme un risque pour la santé, mais aussi comme un de ses facteurs favorisants. Pour cela, il faut d’abord ne pas la réduire à l’absence de maladie. Ensuite, il faut l’aborder comme non comme un état, mais comme une construction permanente du pouvoir d’agir sur soi-même et le monde. Le rôle du médecin du travail est alors de réactiver l’appropriation par les salariés de la dimension collective de leur métier, constitutive de chacun d’entre eux. Cette dimension collective est d’abord donnée par les règles professionnelles, qui sont à la fois extérieures à chaque travailleur et inscrites au plus profond de lui.

Entretien avec Dominique Fernandez

C’est une approche voisine qu’adopte Alain Dormont, spécialiste de santé au travail, en proposant le concept de santé globale, processus dynamique situant l’homme dans son environnement, dont le travail est un élément essentiel. Dans cette optique, le médecin du travail est un professionnel de la santé environnementale, qui doit travailler en lien étroit avec les médecins du soin.

Santé globale : vers une nouvelle architecture du systeme de santé (l’exemple de la médecine du travail)

Photo : Milan, 2011 ©serge cannasse




     
Mots clés liés à cet article
  travail médecin du travail lois et système judiciaire partenaires sociaux
     
Imprimer cet article
 
     
   
  Humeurs
Entretiens
Déterminants de santé
Problèmes de santé
Organisation des soins
Professionnels de santé
Economie de la santé
International
Transversales
Société
Chantiers
Images
Portail
Initiatives
Bonheurs du jour
   
   
Proposer un article
S'inscrire à la newsletter
Mots clés
Emploi
Liens
Contact
 
 
 
Wikio - Top des blogs - Santé et bien être