Accueil  > Transversales > Le "care" : du relationnel au politique
 
Transversales
 
 
Le "care" : du relationnel au politique
octobre 2012, par serge cannasse 

Nous avons tendance à isoler le concept de care dans le monde de la santé, par exemple en l’opposant au cure. Dans son dernier ouvrage publié en français, Joan Tronto en réaffirme une conception bien plus large et dessine les contours d’une "société du care". Loin de se limiter à la compassion pour les plus vulnérables, elle pointe un ensemble d’activités indispensables au fonctionnement social.

Début 2010, Martine Aubry, alors secrétaire générale du Parti socialiste, proposait d’instituer une société du « care » et mettait ainsi brusquement à la mode un mot anglais que les Français avaient plutôt l’habitude d’associer au monde de la santé. Aujourd’hui encore, il est souvent traduit par « prendre soin » et volontiers opposé à un autre mot anglais – « cure » (« soigner »). Schématiquement, le premier cible la personne, le second le problème pour lequel elle fait appel (la maladie, le handicap, la vieillesse, etc). Le couple de mots résume une partition fondamentale, rencontrée par tous les professionnels de santé et d’une manière générale, par tous les professionnels de services à la personne.

Il est d’usage de regretter que le français ne dispose que du mot « soin » pour en rendre compte. Au contraire, l’unicité du mot empêche de penser les activités qu’il recouvre comme séparées : pour le dire vite, dans la pratique, le cure et le care ne sont pas deux activités radicalement distinctes, et encore moins opposées. Elles ne sont isolées que conceptuellement, et plutôt facilement.

Ceci dit, l’économiste Jean Gadrey a raison de souligner que le mot care est en fait intraduisible. Il vaut mieux s’attacher à ce qu’il désigne et surtout à ce en quoi cela nous importe. Pour cela, le dernier livre de Joan Tronto publié en français (« Le risque ou le care ? ». PUF, 2012) est une aide précieuse. Bref et limpide, il oppose la « société du care » (qui n’est pas tout-à-fait celle de Martine Aubry) et la « société du risque », idée popularisée par Ulrich Beck et largement utilisée dans les sciences sociales contemporaines.

Joan Tronto reprend sa conception du care comme l’ensemble des activités orientées vers le maintien, la perpétuation et la réparation du monde (nos corps, nos esprits, notre environnement). Elle en réaffirme le caractère collectif : « Le care n’est pas seulement un sentiment ou une disposition et il n’est pas simplement un ensemble d’actions. C’est un ensemble complexe de pratiques qui s’étendent depuis des sentiment très intimes comme la "pensée maternelle" jusqu’à des actions extrêmement larges, comme la conception des systèmes publics d’éducation.  »

Le care : relationnel, contextuel, politique

Elle insiste sur trois « éléments clefs » de cette compréhension collective, et donc politique, du care. Premièrement, le care est relationnel. Mais elle met d’emblée en garde contre une interprétation uniquement interindividuelle de cet aspect (comme ont, par exemple, tendance à le faire la plupart des théories des soins, notamment infirmiers) : il n’existe pas d’activité isolée, fut-ce à deux ; chacun est susceptible de recevoir du care, mais aussi d’en donner.

Deuxièmement, le care est contextuel. Cela signifie que si les besoins visés par le care sont faciles à formuler, en revanche caractériser chaque activité de care réclame une très grande attention aux détails, qu’ils portent sur les individus, les situations ou les contextes dans lesquels cette activité s’exerce.

Troisièmement, le care n’est pas normatif en soi. Une activité de care n’est pas jugée à l’aune d’une « théorie du care », mais de la théorie sociale et politique plus large dans laquelle elle est placée. En ce qui nous concerne, il s’agit évidemment de rendre le care adéquat à nos valeurs démocratiques. Notamment, nous devons nous interroger sur la façon dont sont réparties les activités de care (et les responsabilités qui s’y attachent), « comment les institutions sociales et politiques permettent à certains de supporter les fardeaux (et les joies) du care et autorisent d’autres à le fuir.  »

Joan Tronto. Le risque ou le care ? traduit par Fabienne Brugères. PUF, 2012. 58 pages, 6 euros.

Les PUF (Presses universitaires de France) viennent d’ouvrir deux collections qui s’annoncent passionnantes : Care studies, dont le livre de Joan Tronto est le premier publié, et Questions de soins, qui comprend déjà trois ouvrages : Frédéric Worms. Soin et politique. - Céline Lefève. Devenir médecin. - Jean-Christophe Mino. Soins intensifs. (voir le compte-rendu de celui-ci dans les Carnets : Technique et relation au patient : une fausse opposition). Chaque livre fait une soixantaine de pages et coûte six euros. Une somme modique pour une introduction brève et limpide à des problématiques essentielles.

Ulrich Beck. La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité. Éditions Aubier, 2001 ; édition originale : Risikogesellschaft, Francfort, Suhrkamp Verlag, 1986. paru en poche chez Flammarion, Champs-Essais, 2008.

Sur Carnets de santé :
- entretien avec Fabienne Brugère ;
- Pour une politique de la sollicitude (à propos du livre de Joan Tronto)
- À l’origine du care : la folie maternelle
- L’altruisme : la fidélité à soi et au monde (à propos d’un livre de Michel Terestchenko)

Sur d’autres sites :
- Jean Gadrey. Portée et limites du "care". mai 2010
- Camille Peugny. Le “care” ou comment accorder une place à la hauteur de leur importance aux “pourvoyeurs de soin”?
- Gilles Raymond. Compte rendu du livre : Qu'est-Ce Que Le Care ? Souci Des Autres, Sensibilité, Responsabilité, Sous La Direction De Pascale Molinier, Sandra Laugier Et Patricia Paperman

Photo : Paris, 2012 ©serge




     
Mots clés liés à cet article
  soin care
     
Imprimer cet article
 
     
   
  Humeurs
Entretiens
Déterminants de santé
Problèmes de santé
Organisation des soins
Professionnels de santé
Economie de la santé
International
Transversales
Société
Chantiers
Images
Portail
Initiatives
Bonheurs du jour
   
   
Proposer un article
S'inscrire à la newsletter
Mots clés
Emploi
Liens
Contact
   
 
 
 
Wikio - Top des blogs - Santé et bien être