Accueil  > Humeurs > « Le chiffre noir des hôpitaux » : droit de réponse
 
Humeurs
 
 
« Le chiffre noir des hôpitaux » : droit de réponse
avril 2009, par Chauvancy Marie-Claire 

Cet article n’a d’autre ambition que de répondre au gros titre du magazine Le Point paru en kiosque récemment (mars 2009) et intitulé « Le chiffre noir des hôpitaux ». Professionnel de santé, exerçant dans le « tant décrié » secteur public, il me semble primordial de moduler les propos tenus dans cette revue.

Certes, de l’accroche du titre d’un article dépend sa lecture. Pour cela, vous exercez votre métier avec talent. Aucun doute. Cependant, une question se pose : « quelles sont vos valeurs professionnelles ? » Les nôtres sont de ne jamais « euthanasier » un moribond. Quant à vous ?

L’hôpital est au plus mal, en soins palliatifs, sous perfusion et sans grand espoir de guérison. Il périclite. La T2A (tarification à l’activité) injectée par voie intraveineuse a aggravé ses chances de survie.

Pourquoi ? parce que ce nouveau mode de financement des hôpitaux, obligatoire pour tous les établissements de santé, privés et publics, a démarré sur des comptes qui n’ont pas été remis à zéro.

L’hôpital donc a hérité de ses dettes. La logique comptable appliquée en l’espèce veut que le déficit se soit logiquement aggravé. Ce que vous n’avez pas précisé.

Vous n’avez pas spécifié non plus qu’environ 9 millions de personnes sont responsables de 51% des dépenses de santé, pour ALD – affections longue durée - et CMU - couverture médicale universelle. Cela est coûteux.

Devant répondre à une mission de service public, c’est l’hôpital qui les prend en charge.

T2A + raisonnement économiste + efficience : faites la somme et vous comprendrez aisément où sont orientées les pathologies et les patients coûteux. Pas en clinique !

L’hôpital n’est plus attractif (par manque de personnel, entre autres). Vous êtes vous penchés sur le pourquoi ? Arrêtez de tirer sur l’hôpital. Il est moribond et vous ne faites que raccourcir le délai de sa mort annoncée. Comme toutes les organisations, l’hôpital est « un construit humain ». Comme dans toutes les organisations, s’y côtoient le bon et le mauvais.

Pointer du doigt le mauvais, l’hôpital le fait lui-même, avec la certification, des procédures qualité et les autres outils dont il dispose.

Mettez plutôt l’accent sur ses efforts de transparence et d’ouverture à son environnement. Arrêtez de ne montrer que ses « bavures », qui ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Mettez plutôt en exergue le travail de tous ses professionnels car, de façon très pragmatique, étant donnés sa fréquentation et le nombre de personnes qui y passent, l’hôpital ne s’en sort pas si mal.

Les scandales, les bavures, les erreurs, il y en a partout. La démarche qualité engagée dans les établissements de santé publics a pour seul objectif d’éviter que les accidents ne se reproduisent.

Cependant, si l’objectif de votre article était de faire preuve de mansuétude en accélérant le processus de la mort hospitalière, alors « BRAVO, VOUS Y ETES PARVENU ! ».




     
Mots clés liés à cet article
  hôpital
     
Imprimer cet article

7 Messages de forum

  • Bonjour Serge,

    Plusieurs personnes se sont penchées sur le traitement journalistique des hôpitaux, et notamment l’exercice du "classement des hôpitaux", qui fonctionne comme les dossiers de "chiffres noirs".

    Ces deux stratégies de publication sont des figures de style imposées dans certains hebdomadaires ; elles existent depuis de nombreuses années, et tirent toujours les mêmes ficelles.

    Quiconque se penche sur les critères de classement ou la lecture des données PMSI réunies sans ces dossiers s’aperçoit assez rapidement de leurs biais de lecture et du réquisitoire à charge auquel ils servent de toile de fond.

    Comme vous le soulignez, l’intention de ces "reportages" (qui ne rapportent rien, étant donné que toute leur analyse est construite et sans grand rapport avec un rendu objectif) est bien de miner le service public hospitalier à partir d’une vision managériale classique d’élimination des agents sous-performants.

    C’est un des meilleurs exemples que je connaisse de journalisme instrumental : sans rapport avec les faits, guidé par un objectif politique précis mais non révélé. Hélas, ces journalistes (car les mêmes individus s’investissent d’une année sur l’autre) ont une audience de gens aussi mal informés qu’eux.

  • LES SAGES FEMMES ET L’EUROPE

    15 avril 2009 07:46, par titinesf le Havre

    Cessons de stigmatiser l’Hôpital et rendez vous sur le site Les fonctions publiques ministère de la fonction publique ! Vous y verrez que pendant qu’on cherche à réduire les effectifs de la FPH de façon drastique avec une TAA à 100%, on détourne l’attention du train de vie et des effectifs des ministères. Ce sont plus du doubles de fonctionnaires qui sont au service de nos ministres grassement payés !! Et eux ne s’occupent pas de la santé des citoyens ! Eux ne feront pas d’économie : ils iront se soigner dans le privé, où le taux de césarienne est double , où les forceps et les épisiotomies sont « familiers pour le bien de la dame ». Là où la santé se monnaye à bon prix , où les dépassements d’honoraire sont coutume pour une obstétrique coûteuse et délétère pour la mère comme pour l’enfant : césarienne de convenance, déclenchement de convenance, anti dépresseurs de convenance là où une attention portée à la difficulté de devenir parent aurait apporté un soulagement à la mère comme au bébé ! Mais il faut du temps pour écouter et la TAA, n’en donne pas !

    Mais nous avons élus députés et sénateurs pour qu’ils participent à réfléchir sur les besoins de l’ensemble des citoyens !

    SERVICE PUBLIC OBLIGE Si dépenses il y a elles sont là et non à l’Hôpital où la protection de la Santé préoccupe chaque soignant. Qu’il faille s’évaluer et repenser certains modes de fonctionnement, serait une bonne idée !

    Encore faut-il que les experts en évaluation soient crédibles ! Quand on voit l’évaluation des maladies nosocomiales avec le nombre de litres de produits SHA consommés, sans tenir compte du caractère potentiellement dangereux de l’inhalation de produits à base d’éthanol, volatile à 24 ° pour les jeunes femmes en âge de procréer, on peut douter !

    Quand la baisse du coût de l’accouchement normal ( ATIH)conditionne une sortie toujours plus précoce pour un rendement plus grand dans les Pôles MCO : Quel respect pour la branche famille, et pour ces femmes citoyennes qui donnent la vie et ont besoin de sécurité et de TEMPS pour s’approprier les gestes familiers lors de la rencontre avec leur bébé !

    La naissance ne peut être rangée au rang de la maladie, l’investissement maximum réduit les coûts de la Santé et un prématuré sera une lourde charge pour la société ! Mais qui accepte de regarder que dans des Hôpitaux publiques , l’accent mis sur la présence humaine d’une sage femme référente pendant la grossesse offrent des économies majeures ! La prévention passe par l’HUMANITE et pas par la statistique pure sortie de tout sens !

    L’Hôpital sait faire cela, pas dans un but lucratif comme certains secteurs privés, mais dans un vrai soucis de PREVENTION globale ! Une véritable action qui se répercute en NON ACTES en maternité...DU PAS DE..

    PAS DE LONGUES HOSPITALISATIIONS

    PAS DE CESARIENNE

    PAS DE MALADIES NOSOCOMIALES

    PAS DE MACROSOMIE SI CONSEILS DIETETIQUES

    PAS DE PREMATURITE

    PAS DE KINESITHERAPIE

    PAS DE BRONCHIOLITES

    PAS DE CONSULTATIONS JOUR ET NUIT AUX URGENCES

    PAS DE PEDOPSY POUR TROUBLES SECONDAIRES

    PAS DE DEPRESSION POST NATALE

    Mais qui voudra coter ce PAS DE en France ! En Europe certains l’ont fait avec la politique une femme une sage femme !

    SOYONS EUROPEENS, LES SAGES FEMMES LE SONT !

    EXPERTES DE LA PREVENTION EN SANTE

    En France une timidité maladive, ou une opposition patriarcal du Gynéco empêchent les sages femmes de prendre possession de la PREVENTION en s’impliquant dans les maisons de naissances, et en rémunérant dignement les actes MEDICAUX NGAP des sages femmes libérales ! On préfère parler à la télé des DOULAS, qui récupèrent aux frais de l’usager la mission d’accompagnement global fondement de la profession de sage femme. Cet quasi exercice illégal de la profession de sage femme, n’a pus se développer qu’avec les choix d’hypermédicalisation qui ont leur poids de conséquences. Ainsi se servir de statistiques douteuses pour fermer les petites maternités à seule fin de RGPP, ruiner le système de soins de proximité pour les femmes enceintes en stigmatisant quelques situations où un manque d’effectif médical aurait pu se régler autrement est une manipulation politicienne !

    Mais les conséquences seront nombreuse et plus coûteuses ! Le directeur de l’URCAM, qui connaît bien AXA devrait lire le rapport qui évalue à 5 800 000 le coût d’UNE souffrance foetale ! On est loin du salaire de sage femme annuel que les députés refusent d’augmenter en invoquant l’article qui interdit toute dépense à l’état !!ILS reculent et refusent l’accès au LMD à cette profession MEDICALE qui au quotidien paye un lourd tribus personnel et professionnel à cette profession risquée !

    Ils n’ont pas pris leur calculette, ou plutôt ils l’ont pris pour continuer d’exploiter cette profession médicale par ailleurs extrêmement féminisée !!

    STOP PROFITATION !

    Le 5 mai les sages femmes PUBLIC, PRIVE, TERITORIALES ET LIBERALES SONT EXASPEREES ET seront dans la rue ! journée internationale de la sage femme, de la prévention et du soin de qualité ! NON A LA TAA tous A LA TAQ !!

    Voir en ligne : http://lessagesfemmesparlentauxsage...

  • Cela fait plusieurs fois que je passe sur votre site sans y laisser de petit mot de soutient. Merci pour les informations que l’on peut y trouver et bonne continuation !

    Cours particuliers - Giochi per ragazze - Jeux de moto

    Voir en ligne : Jeux

    • c’est un vaste débat... certains hopitaux se font une pub monstre et d’autres trinquent parce qu’ils font parti de la liste noire... alors que tous ces classements sont totalement biaisés... enfin c’est comme ça... mais tout ceci n’est pas pour aider les gens à choisir leur hopital ou à y aller en toute confiance qd ils n’ont pas le choix...

      merci pour cet article en tout cas car il a le mérite d’exister ;)

      Voir en ligne :

  • « Le chiffre noir des hôpitaux » : droit de réponse

    7 juillet 2013 00:18, par Guillaume
    Plusieurs personnes se sont penchées sur le traitement journalistique des hôpitaux, et notamment l’exercice du "classement des hôpitaux", qui fonctionne comme les dossiers de "chiffres noirs". C’est bien de le préciser en effet

    Voir en ligne : Guillaume

 
     
   
  Humeurs
Entretiens
Déterminants de santé
Problèmes de santé
Organisation des soins
Professionnels de santé
Economie de la santé
International
Transversales
Société
Chantiers
Images
Portail
Initiatives
Bonheurs du jour
   
   
Proposer un article
S'inscrire à la newsletter
Mots clés
Emploi
Liens
Contact
   
 
 
 
 
 
Wikio - Top des blogs - Santé et bien être