Accueil  > Organisation des soins > Petite enfance : marche arrière toute !
 
Organisation des soins
 
 
Petite enfance : marche arrière toute !
juin 2010, par serge cannasse 

En quelques dizaines d’années, les connaissances sur le développement du jeune enfant ont considérablement progressé. Les paramètres le favorisant ou l’entravant sont de mieux en mieux identifiés, ainsi que leurs interactions, notamment ceux portant sur les modes d’accueil. C’est fort de ce constat que le collectif « Pas de bébé à la consigne », qui rassemble de nombreux professionnels et la plupart des organisations qui les représentent, s’oppose à certaines mesures gouvernementales récentes, qu’il estime aller contre les progrès accomplis.

Pour les professionnels du Collectif, le mode d’accueil, quel qu’il soit, doit se conformer à plusieurs impératifs dans l’intérêt de l’enfant. Ce sont : la disponibilité des professionnels à l’égard des enfants et de leurs familles, la continuïté de l’accueil, par des personnels stables, que les enfants peuvent bien identifier et avec qui ils peuvent développer des relations sur la durée, l’attention portée à chaque enfant, la prise en compte des difficultés familiales ou sociales. Ces impératifs sont favorisés par des taux d’encadrement adéquats, des groupes d’enfants de taille raisonnable, des professionnels formés et qualifiés, disposant de temps de réflexion collective sur leurs pratiques. Quand ces conditions sont remplies, le mode d’accueil a un effet positif sur les inégalités sociales d’éducation, qu’il contribue à corriger, sur la prévention des troubles de l’apprentissage et du développement affectif et cognitif et sur le respect par l’enfant des règles de vie en collectivité. Il est en effet aujourd’hui bien démontré que loin de ne s’attacher qu’à un seul de ses parents (en général, sa mère), le jeune enfant profite d’attachements multiples à des personnes bienveillantes, qu’il sait reconnaître très tôt.

Le Collectif Pas de bébé à la consigne estime que ces conditions sont menacées par la politique gouvernementale en matière de petite enfance.

Taux d’accueil : une moyenne ne dit rien des situations hors moyenne

Le Gouvernement vient de promulguer un décret sur les modes d’accueil contre lequel se sont élevés depuis des mois l’ensemble des organisations professionnelles s’occupant de petite enfance et un grand nombre d’associations de parents. En effet, il modifie le taux d’accueil en surnombre : actuellement de 110 %, il passera à 115 % pour les établissements de plus de 20 berceaux et à 120 % pour ceux de plus de 40 berceaux. Le gouvernement argumente en disant que le taux d’accueil « normal » reste inchangé - un adulte pour 5 enfants ou 8 pour les plus grands - et ajoute que le taux d’occupation moyen est de 67 %, laissant donc une importante marge de manœuvre pouvant être utilisée occasionnellement. Le Collectif admet que ce taux est exact, mais il conteste son interprétation. Il s’agit en effet d’une moyenne, qui masque de très fortes disparités. Pour le collectif, les situations « exceptionnelles » sont fréquentes dans de nombreux établissements : « Les nombreuses équipes qui en font l’expérience se trouvent à s’occuper en réalité de plus de 5 bébés ou 8 enfants plus grands par adulte durant ces journées d’accueil en surnombre. (…) Le nouveau décret aggraverait lourdement les difficultés déjà vécues par ces équipes, » amenées à déroger régulièrement aux taux d’encadrement « normaux ».

Le même décret prévoit d’ailleurs un taux d’encadrement d’un adulte pour 12 enfants de 2 à 3 ans accueillis en jardins d’éveil, alors que ce taux est de un pour huit en crèche, pour les mêmes enfants… Le collectif s’inquiète en outre de la suppression de 68 000 places en école maternelle et craint que le mouvement de retraits de places s’amplifie.

Taux d’encadrement : la qualification des personnels est importante

Il se soucie également du projet de diminution du taux de professionnels les plus qualifiés (puéricultrices, auxiliaires de puériculture, éducateurs de jeunes enfants) dans les EAJE (Établissements d’accueil du jeune enfant), qui passerait de 50 % actuellement à 40 %. Il rappelle que ce taux était de 100 % jusqu’en 2000. Sa diminution a été justifiée par l’insuffisance du nombre des professionnels formés, ce qui pour le Collectif est un argument spécieux, puisque ce sont les autorités publiques qui ont diminué ce nombre ! Il ajoute que plutôt que de prétendre valoriser par cette mesure les professionnels moins formés, il serait plus juste et plus efficace de leur ouvrir la voie à une meilleure qualification.

Ce problème de qualification est aussi celui qui motive la crainte du Collectif à propos du projet de loi sur l’ouverture de « maisons d’assistantes maternelles », dont il ne remet pas en cause le principe. Mais il avance que travailler à plusieurs ne s’improvise pas, en particulier pour s’occuper de groupes d’enfants plus importants qu’à domicile (une vingtaine d’enfants) et gérer les relations avec les parents et les conflits éventuels entre professionnels. Il souligne les difficultés juridiques que posera la délégation d’une assistante maternelle à une autre pour s’occuper d’un enfant. Il craint que les contraintes budgétaires actuelles poussent certaines collectivités locales à adopter ce mode de garde plus économique, au détriment de l’investissement dans des structures mieux adaptées.

Le Collectif demande donc que le projet de loi soit retiré en l’état afin de prendre le temps de bâtir un texte plus mûr, répondant à des normes d’encadrement et de fonctionnement adaptées à l’intérêt de l’enfant. Cependant, la loi a été votée en première lecture par l’Assemblée nationale et le Sénat et elle est passée en commission paritaire (qui réunit les deux Chambres) le 19 mai. Aucune date n’est encore prévue pour la deuxième lecture par les deux Chambres. Pour l’Union fédérative nationale des associations des familles d’accueil et assistantes maternelles, il est à craindre que les élus aient de toute façon décidé de "passer outre (...) l’avis général de la majorité des professionnels de la petite enfance."

Enfin, le Collectif demande d’exonérer la petite enfance de l’application de la directive européenne sur les « services », qui institue le droit à la concurrence des services publics par des entreprises de droit privé, sauf pour « les services non économiques d’intérêt général. » Le collectif s’appuie sur cette reconnaissance de l’intérêt général pour demander une réglementation de l’installation des structures privées, dans l’intérêt de l’enfant et des professionnels employés.

Pas de bébé à la consigne
Le point de vue du ministère sur la modification du décret : Garde d’enfants : questions-réponses sur la modification de décret du 20 février 2007
Directive européenne sur les services (sur Europa, le portail de l’Union européenne)
Débats à l'Assemblée nationale sur le projet de loi

Sur Carnets de santé :

Entretiens avec Louise Daleux (Lille), Benoît Parmentier (Belgique), Philippe Steck (Allocations familiales), Bruno Palier (économiste, spécialiste des affaires sociales), Claire Delmas (puéricultrice), Nadia Ramiandrasoa (éducatrice de jeunes enfants), Bernard Golse et Bernard This (psychanalystes).

Articles :
- Accueil des jeunes enfants : entre quantité et qualité (par Daniel Crozat)
- Politiques de la petite enfance : les enjeux
- Politiques de la petite enfance : combien ça coûte ?
- Accueil des jeunes enfants en milieu rural : développer une offre innovante (d’après Annuaire Sécu.com)
- Une protection sociale tournée vers l’avenir (d’après le livre de Gosta Esping-Andersen : Trois leçons sur l’État Providence)

Images : Monoparentale - un reportage d’Anne Thomes

Cet article est une version actualisée d’un article paru dans le numéro 162 de juin 2010 de la revue des métiers de la petite enfance.

Image du Collectif Pas de bébé à la consigne




     
Mots clés liés à cet article
  inégalités lois et système judiciaire assistantes maternelles Petite enfance éducatrice de jeunes enfants puéricultrice Professionnels de la petite enfance
     
Imprimer cet article
 
     
   
  Humeurs
Entretiens
Déterminants de santé
Problèmes de santé
Organisation des soins
Professionnels de santé
Economie de la santé
International
Transversales
Société
Chantiers
Images
Portail
Initiatives
Bonheurs du jour
   
   
Proposer un article
S'inscrire à la newsletter
Mots clés
Emploi
Liens
Contact
 
• Inventer et produire un médicament...
• Déserts médicaux : un problème de définition...
• Pour des maisons de naissance hospitalières...
• Vers des réseaux de soins agréés par les mutuelles ?...
• Merci de ne pas téléphoner pendant l’intervention...
• Dossier médical informatisé : pas toujours économe …...
• La médecine des 4P : prédiction, personnalisation, préemption, participation...
• Améliorer la santé : une question de méthode...
• Maisons de santé : mode d’emploi...
• Centres de santé : plus que jamais modernes ...
• Quand c’est le patient qui ordonne …...
• Alzheimer : mille euros par mois à la charge de la famille...
• Évaluation par les patients : imparfaite, mais utile...
• Etats-Unis : un institut pour financer des études cliniques comparatives...
• Un antidiabétique trop bien toléré...
• TIC santé : c’est l’infirmier qui est efficace ...
• Des essais cliniques indépendants des labos, mais pas de la bureaucracie...
• Grippe AH1N1 : une question de vocabulaire...
• Sécurité des vaccins anti H1N1 : les contrats permettent ils aux labos de se défausser sur les pouvoirs publics ?...
• L’observation locale en santé : du diagnostic au pilotage de la politique de santé publique...
• Un appel de la SFSP en faveur d’un département "Prévention et promotion de la santé" des ARS...
• L’accès aux soins des plus démunis...
• H1N1 : un essai grandeur nature...
• Le tourisme dentaire séduit de plus en plus de Français...
• Comité technique des vaccinations : experts et conflits d’intérêts...
• Hôpital 2012 : grandeur et décadence...
• Un rhinocéros à l’hôpital...
• La satisfaction des infirmières, indicateur du fonctionnement de l’hôpital...
• Poisson d’avril : l’INPES n’a pas le sens de l’humour...
• La Caisse d’Assurance maladie de l’Yonne organise l’arrestation d’un « sans-papiers »...
• Regroupements hospitaliers : de l’histoire déjà ancienne...
• Comment l’industrie a étouffé les résultats d’un essai clinique...
• Le suivi électronique de son diabète par le patient...
• Le Parlement refuse de mettre au jour les conflits d’intérêts...
• Quand la chimiothérapie tue...
• La qualité des soins dépend elle de leur quantité ?...
• Les lacunes du projet de loi HSPT selon le CISS...
• Données personnelles de santé : le CISS râle...
• Que penser du suivi infirmier après traitement pour cancer du sein ?...
• Livre blanc de l’Association des petites villes de France sur les hôpitaux de proximité...
• Abus des psychotropes : généralistes coupables ?...
• Accès aux spécialistes : quel changement depuis la réforme de 2004 ?...
• Refus de soin : le médecin peut porter plainte !...
• Une introduction à la future loi Santé Patients Territoires...
• DMP : l’avis du Conseil national de l’Ordre des médecins...
• L’avenir de l’industrie pharmaceutique française vu par le président du LEEM...
• Prescription, consommation et fiscalité des médicaments : le rapport de la MECSS...
• L’avenir de l’industrie pharmaceutique française et de ses emplois : une étude publiée par le LEEM...
• L’avenir de l’hôpital passe par la médecine générale...
• DMP : omission partagée du pragmatisme...
• La médecine fondée sur le management...
•  La montée en puissance des CHSCT...
• Opposition du Cisme à la gouvernance de la médecine du travail par la Cnamts...
• L’Ordre des médecins et l’Académie nationale de médecine à la pointe du progrès administratif...
• Dossier pharmaceutique : premier bilan satisfaisant...
• Carte Vitale 2 : le dernier polar de Claude Frémont...
• " La réforme des systèmes de santé " : mise à jour d’un Que sais-je ? indispensable...
• RNV3P : pas un robot, mais un réseau exemplaire de santé au travail...
• Le poids de l’industrie pharmaceutique dans l’information des médecins sur les médicaments...
• Centres de santé et développement des communautés...
• Agences régionales de santé : historique et analyse par Claude Frémont...
• Rapport sur la création des Agences régionales de santé (ARS)...
• CHSCT et prévention des risques au travail...
• Pénurie d’infirmiers libéraux : une note (non publiée) de l’IGAS...
• Médecine du travail : sous contrôle patronal ?...
• Accompagnement des patients, éducation thérapeutique, etc : mettre de l’ordre...
• Sophia : accompagnement des patients diabétiques...
• Rapport IGAS sur l’observance : un précision sur les sources...
• Prise en charge de la santé mentale en France...
• Crise de l’industrie pharmaceutique : le point de vue du Président de Sanofi-Aventis...
• Observance : une des réponses aux difficultés de l’industrie pharmaceutique...
• Retour sur le DMP : masquage des données, ou de la réalité ?...
• Éducation thérapeutique : une définition...
• Accompagnement des malades : les propositions du LEEM...
• Dépistage néonatal de maladies incurabes : un problème éthique majeur...
• Médicaments et recherche : comment innover ?...
• Médicaments et publicité : une mise au point de l’AFSSAPS...
• Parcours de soins : un " premier bilan positif " original...
• Le livre noir de la santé : vraiment noir...
• Affaire Metagenex : ça se corse...
• Affaire Metagenex : exposé des motifs...
• Responsables de pôles : au charbon sans pelle...
• Vallencien et les Ibode...
• Un rapport du Sénat sur les agences de sécurité sanitaire : un besoin de cohérence...
• Un bilan calamiteux de la recherche biomédicale française...
• Recherche en sciences du vivant : une méthode d’évaluation des équipes redoutablement efficace...
• Pour une médecine des adolescents...
• Maisons de naissance : le ministère dit non aux expérimentations...
• La prise en charge des enfants en médecine générale...
• Les systèmes de signalement des événements indésirables en médecine...
• Historique des remboursements : ni DP, ni DMP...
• La commission pour les relations entre hôpital et usagers...
• Un entretien avec Yann Bourgueil...
• Les jeux vidéo pour la recherche médicale...
• La concurrence entre les associations est de plus en plus vive....
• Mise au point de Jean-Jacques Fraslin...
• Une " consultation officinale " problématique ....
• L’association " Élus, Santé Publique & Territoires "...
• Lancement de Avisante : l’évaluation de la qualité des soins par les patients et les usagers...
 
 
 
 
Wikio - Top des blogs - Santé et bien être