Accueil  > Organisation des soins > Qu’est-ce que les " soins primaires " ?
 
Organisation des soins
 
 
Qu’est-ce que les " soins primaires " ?
août 2008, par serge cannasse 

Les soins de santé primaires font l’objet d’une définition consensuelle, celle que l’OMS en a donné en 1978, rappelée rituellement dans bon nombre de textes officiels ou non. Cependant, les interprétations de cette définition peuvent diverger. Les soins de santé sont-ils des soins relatifs à des maladies ou acceptent ils une compréhension plus large ? Corrélativement, qui est le mieux placé pour en assurer la coordination ? Les médecins, en particulier les généralistes (comme cela semble être la position officielle en France) ? Les infirmières (comme le pense leur organisation internationale) ? Les " patients et les populations concernées " ?

Une définition consensuelle très générale

Il y a trente ans, en 1978, dans sa déclaration d’Alma-Ata, l’OMS donnait cette définition des " soins de santé primaires " :

" Les soins de santé primaires sont des soins de santé essentiels fondés sur des méthodes et une technologie pratiques, scientifiquement viables et socialement acceptables, rendus universellement accessibles aux individus et aux familles dans la communauté par leur pleine participation et à un coût que la communauté et le pays puissent assumer à chaque stade de leur développement dans un esprit d’autoresponsabilité et d’autodétermination."

Un énoncé aussi général avait besoin de quelques précisions pour pouvoir soutenir des programmes d’action. Le texte préconisait ainsi que les soins primaires :

- soient fondés sur les résultats de la recherche médicale et en santé publique ;
- soient orientés sur les principaux problèmes de santé publique de la " communauté " (traduction officielle française) ;
- incluent éducation, vaccinations, accès à l’eau potable, alimentation, protection maternelle et infantile, hygiène, accès aux soins de base ;
- fassent "intervenir, outre le secteur de la santé, tous les secteurs et domaines connexes du développement national et communautaire, en particulier l’agriculture, l’élevage, la production alimentaire, l’industrie, l’éducation, le logement, les travaux publics et les communications, " tout cela en coordination ;
- incluent la participation des individus et des populations concernées " à la planification, à l’organisation, au fonctionnement et au contrôle des soins de santé primaires " ;
- soient intégrés à des systèmes d’accès aux soins " accessibles à tous et accordant la priorité aux plus démunis " ;
- fassent appel aux " personnels de santé - médecins, infirmières, sages-femmes, auxiliaires et agents communautaires, selon le cas, ainsi que s’il y a lieu, praticiens traditionnels ", travaillant en coordination et en réponse aux besoins de santé " exprimés par la collectivité."

Il est facile d’imaginer que les rédacteurs du texte avaient d’abord en tête les problèmes de santé touchant les populations des pays défavorisés ou des populations défavorisées dans les pays dits développés. Quoiqu’il en soit, cette définition et ses développements ont été acceptés par quasiment tous les acteurs de santé dans le monde. Reste à savoir comment ces soins s’organisent et notamment qui en assure la coordination.

Les infirmières à l’avant-garde

Le thème de la journée internationale de l’infirmière, organisée par le Conseil international des infirmières (CII) le 12 mai 2008, était explicite, puisqu’il s’intitulait " Les infirmières à l’avant-garde des soins de santé primaire. " Le CII faisait remarquer les progrès indéniables de la santé dans de nombreux domaines, s’inquiétait de l’abandon relatif des politiques de soins primaires et déclarait notamment : " une approche curative des soins de santé en milieu hospitalier ne suffit pas à répondre aux besoins des populations. Le transfert des soins de santé de l’hôpital à la communauté est en bonne voie, mais il demeure encore de gros problèmes à résoudre."

Il insistait sur les différents déterminants de la santé identifiés par l’OMS et concluait ainsi sur le rôle des infirmières : " La pratique infirmière est l’essence même des soins de santé primaires, en raison de notre formation, de notre expérience et de nos lieux de travail. Les infirmières dispensent des services là où se trouvent les gens : à leur domicile, dans les écoles, sur leurs lieux de travail, dans les prisons, dans les cliniques de santé et de bienêtre, et dans d’autres contextes communautaires, ainsi que dans les hôpitaux et les centres de recherche. Dans presque tous les pays, les infirmières constituent le plus grand groupe de prestataires de soins de santé. Les infirmières jouent également un rôle déterminant dans la formation et la supervision d’autres personnels, et dans la planification, l’organisation, la surveillance et l’évaluation des services de soins primaires." Suivaient de nombreux exemples situés dans le monde entier.

Soins de santé et soins centrés sur la maladie

Qu’en est-il en France ? Dans son rapport sur la recherche en médecine générale, Gérard de Pouvourville note que les soins de santé primaires portent sur " l’ensemble des services de santé de première ligne : (médecine générale), autres spécialités médicales de premier recours (par exemple, la pédiatrie de ville), les soins dentaires, les troubles de la vue (rôle important joué par les optométristes non médecins dans les pays anglo-saxons), les soins infirmiers, kinésithérapie, les intervenants du champ médico-social, etc." Il notait qu’ils intègrent également la coordination de tous ces intervenants, mais sans indiquer qui l’a en charge.

Dans son pré-rapport 2006-2007, l’Observatoire national des professions de santé pointe sa difficulté à définir précisément les soins "de premier recours" ou "soins primaires". Les rédacteurs notent qu’eux-mêmes ont " fait coïncider ce champ avec celui des médecins généralistes exerçant en secteur libéral ambulatoire. Ce parti pris présente une pertinence certaine puisque ce sont essentiellement ces médecins qui assurent une présence médicale de proximité auprès des populations. Cette optique (...) n’a toutefois pas éliminé de la réflexion la possibilité d’une réalité plus contrastée des soins primaires. Il est d’abord vraisemblable que des soins primaires sont dispensés par le secteur hospitalier ou par des médecins généralistes salariés dans certains cas. Il est aussi certain que pour certaines populations, par exemple les femmes et les enfants, les gynécologues et les pédiatres dispensent des soins considérés comme primaires. Enfin, pour les patients atteints d’affection de longue durée (ALD), ils peuvent être assurés par le médecin spécialiste de l’affection. .

Il vaut sans doute la peine de signaler ici une distinction faite par l’Association des infirmiers et infirmières du Nouveau-Brunswick (Canada) : les soins de santé primaire correspondent à la définition de l’OMS ; les soins de première ligne sont (...) des " soins centrés sur la maladie comprenant diagnostic médical, traitement et suivi " ; " les soins infirmiers intégraux désignent un système de prestation de soins infirmiers, surtout en établissement, au sein duquel l’infirmière est chargée de planifier et d’assurer des soins complets jour et nuit pour chaque client." Notons au passage que le système de soins est très différents du notre au Canada et aux États-Unis, avec une autonomie infirmière bien plus développée, et que le texte n’hésite pas à parler de "client" pour le patient ce qui, en France, constitue certainement une hérésie.

Quoiqu’il en soit, on notera l’oubli des infirmières dans le texte de l’ONDPS. On rappellera les récentes protestations, vigoureuses, de nombre de leurs représentants suite aux recommandations de l’HAS sur le "transfert de compétences", proposant notamment de modifier le décret de compétences des infirmières. On remarquera que le médecin généraliste a une fonction de coordination en soins primaires qui concerne donc essentiellement les autres spécialistes médecins. Et on s’interrogera sur la participation des individus et des populations concernées " à la planification, à l’organisation, au fonctionnement et au contrôle des soins de santé primaires."

_ Déclaration d'Alma-Ata (OMS - 1978)
Journée internationale de l'infirmière (CII)
Rapport sur la recherche en médecine générale remis par Gérard de Pouvourville en mai 2006 ; extraits dans la Revue du praticien du 15 juin 2007 (tome 57, numéro 11). Voir sur Carnets de santé : Recherche en médecine générale, principes et réalités
Pré-rapport 2006-2007 de l'ONDPS
Soins de santé primaires (Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick)
Sur Carnets de santé : La HAS menace-t’elle la profession infirmière ?

Télécharger cet article en pdf :

PDF - 43.5 ko



     
Mots clés liés à cet article
  médecin généraliste infirmier(e)s patients et usagers soin santé publique accès aux soins santé démocratie sanitaire
     
Imprimer cet article

2 Messages de forum

  • Qu’est-ce que les " soins primaires " ?

    11 janvier 2009 13:23, par serge cannasse
    Dans le projet de loi Hôpital Patients Santé Territoires, les soins de premier recours correspondent à ce qui est nommé ici "soins de première ligne". C’est la première fois qu’il sont définis dans un texte de loi.
  • Qu’est-ce que les " soins primaires " ?

    24 février 2009 11:39, par Martine.Guinard
    Oui, effectivement, un oubli étonnant de l’ONDPS en direction de l’HAS sur le tavail constant depuis des décennies des IDE de Santé Publique. Qu’elles soient fonctionnaires de l’Etat, comme les infirmières de santé scolaires (et non pas de médecine scolaire !)ou infirmières départementales à la Protection Judiciaire de la Jeunesse, ou des Collectivités Territoriales, elles travaillent discrètement et sans en avoir toujours conscience selon la décalration d’Alma Ata... Malheureusement, malgré leurs fonctions très larges et responsabilités pour la mise en oeuvre de programmes de santé elles ne sont pas reconnues à hauteru de leurs compétences très spécifiques par rapport au D.E. ! Beaucoup d’entre elles ont suivi avec succès des formations universitaires en Santé Publique jusqu’à des MAster 2 ! Nombre d’entre elles exercent des fonctions de conseil technique. Mais elles retent irrémédiablement au cadre B de la fonction publique d’état ! Ce statut a pour conséquence qu’elles ne sont pas écoutées dans leurs approches de la réalité sanitaire des populations auprès desquelles elles exercent ! Pourtant les exemples ne manquent pas de leurs apports dans des analyses de besoins et programmes de santé, lorsqu’on pense à les y inviter... Malheureusement, l’exercice infirmier en santé publique a été "écrasé" dans une formation initiale polyvalente. par ailleurs, elles ont été soigneusement évitées dans le remaniement de l’éducation à la santé, à l’INPES et des structures régionales. ces structures sont devenues peu à peu des prestataires incontournables que les IDE elles-mêmes appellent, morcelant ainsi l’approche de santé publique de populations en développement (enfants et adolescents) ou bien en difficultés.... Parallèlement des expériences de santé communautaire locales ont été déjouées au profit de ces structures descendantes.... Pour moi, il s’agit d’un effet pervers de l’externalisation de fonctions de santé publique à des "lobbies" qui doivent, pour pouvoir fonctionner vendre leurs prestations et de ce fait dépenser beaucoup d’argent en vitrines... Viennent ensuite les "usines à gaz" des GRSP... C’est assez désespérant alors qu’il serait possible de dépenser moins pour plus d’éfficacité... il est assez désepérant de faire
 
     
   
  Humeurs
Entretiens
Déterminants de santé
Problèmes de santé
Organisation des soins
Professionnels de santé
Economie de la santé
International
Transversales
Société
Chantiers
Images
Portail
Initiatives
Bonheurs du jour
   
   
Proposer un article
S'inscrire à la newsletter
Mots clés
Emploi
Liens
Contact
 
• Inventer et produire un médicament...
• Déserts médicaux : un problème de définition...
• Pour des maisons de naissance hospitalières...
• Vers des réseaux de soins agréés par les mutuelles ?...
• Merci de ne pas téléphoner pendant l’intervention...
• Dossier médical informatisé : pas toujours économe …...
• La médecine des 4P : prédiction, personnalisation, préemption, participation...
• Améliorer la santé : une question de méthode...
• Maisons de santé : mode d’emploi...
• Centres de santé : plus que jamais modernes ...
• Quand c’est le patient qui ordonne …...
• Alzheimer : mille euros par mois à la charge de la famille...
• Évaluation par les patients : imparfaite, mais utile...
• Etats-Unis : un institut pour financer des études cliniques comparatives...
• Un antidiabétique trop bien toléré...
• TIC santé : c’est l’infirmier qui est efficace ...
• Des essais cliniques indépendants des labos, mais pas de la bureaucracie...
• Grippe AH1N1 : une question de vocabulaire...
• Sécurité des vaccins anti H1N1 : les contrats permettent ils aux labos de se défausser sur les pouvoirs publics ?...
• L’observation locale en santé : du diagnostic au pilotage de la politique de santé publique...
• Un appel de la SFSP en faveur d’un département "Prévention et promotion de la santé" des ARS...
• L’accès aux soins des plus démunis...
• H1N1 : un essai grandeur nature...
• Le tourisme dentaire séduit de plus en plus de Français...
• Comité technique des vaccinations : experts et conflits d’intérêts...
• Hôpital 2012 : grandeur et décadence...
• Un rhinocéros à l’hôpital...
• La satisfaction des infirmières, indicateur du fonctionnement de l’hôpital...
• Poisson d’avril : l’INPES n’a pas le sens de l’humour...
• La Caisse d’Assurance maladie de l’Yonne organise l’arrestation d’un « sans-papiers »...
• Regroupements hospitaliers : de l’histoire déjà ancienne...
• Comment l’industrie a étouffé les résultats d’un essai clinique...
• Le suivi électronique de son diabète par le patient...
• Le Parlement refuse de mettre au jour les conflits d’intérêts...
• Quand la chimiothérapie tue...
• La qualité des soins dépend elle de leur quantité ?...
• Les lacunes du projet de loi HSPT selon le CISS...
• Données personnelles de santé : le CISS râle...
• Que penser du suivi infirmier après traitement pour cancer du sein ?...
• Livre blanc de l’Association des petites villes de France sur les hôpitaux de proximité...
• Abus des psychotropes : généralistes coupables ?...
• Accès aux spécialistes : quel changement depuis la réforme de 2004 ?...
• Refus de soin : le médecin peut porter plainte !...
• Une introduction à la future loi Santé Patients Territoires...
• DMP : l’avis du Conseil national de l’Ordre des médecins...
• L’avenir de l’industrie pharmaceutique française vu par le président du LEEM...
• Prescription, consommation et fiscalité des médicaments : le rapport de la MECSS...
• L’avenir de l’industrie pharmaceutique française et de ses emplois : une étude publiée par le LEEM...
• L’avenir de l’hôpital passe par la médecine générale...
• DMP : omission partagée du pragmatisme...
• La médecine fondée sur le management...
•  La montée en puissance des CHSCT...
• Opposition du Cisme à la gouvernance de la médecine du travail par la Cnamts...
• L’Ordre des médecins et l’Académie nationale de médecine à la pointe du progrès administratif...
• Dossier pharmaceutique : premier bilan satisfaisant...
• Carte Vitale 2 : le dernier polar de Claude Frémont...
• " La réforme des systèmes de santé " : mise à jour d’un Que sais-je ? indispensable...
• RNV3P : pas un robot, mais un réseau exemplaire de santé au travail...
• Le poids de l’industrie pharmaceutique dans l’information des médecins sur les médicaments...
• Centres de santé et développement des communautés...
• Agences régionales de santé : historique et analyse par Claude Frémont...
• Rapport sur la création des Agences régionales de santé (ARS)...
• CHSCT et prévention des risques au travail...
• Pénurie d’infirmiers libéraux : une note (non publiée) de l’IGAS...
• Médecine du travail : sous contrôle patronal ?...
• Accompagnement des patients, éducation thérapeutique, etc : mettre de l’ordre...
• Sophia : accompagnement des patients diabétiques...
• Rapport IGAS sur l’observance : un précision sur les sources...
• Prise en charge de la santé mentale en France...
• Crise de l’industrie pharmaceutique : le point de vue du Président de Sanofi-Aventis...
• Observance : une des réponses aux difficultés de l’industrie pharmaceutique...
• Retour sur le DMP : masquage des données, ou de la réalité ?...
• Éducation thérapeutique : une définition...
• Accompagnement des malades : les propositions du LEEM...
• Dépistage néonatal de maladies incurabes : un problème éthique majeur...
• Médicaments et recherche : comment innover ?...
• Médicaments et publicité : une mise au point de l’AFSSAPS...
• Parcours de soins : un " premier bilan positif " original...
• Le livre noir de la santé : vraiment noir...
• Affaire Metagenex : ça se corse...
• Affaire Metagenex : exposé des motifs...
• Responsables de pôles : au charbon sans pelle...
• Vallencien et les Ibode...
• Un rapport du Sénat sur les agences de sécurité sanitaire : un besoin de cohérence...
• Un bilan calamiteux de la recherche biomédicale française...
• Recherche en sciences du vivant : une méthode d’évaluation des équipes redoutablement efficace...
• Pour une médecine des adolescents...
• Maisons de naissance : le ministère dit non aux expérimentations...
• La prise en charge des enfants en médecine générale...
• Les systèmes de signalement des événements indésirables en médecine...
• Historique des remboursements : ni DP, ni DMP...
• La commission pour les relations entre hôpital et usagers...
• Un entretien avec Yann Bourgueil...
• Les jeux vidéo pour la recherche médicale...
• La concurrence entre les associations est de plus en plus vive....
• Mise au point de Jean-Jacques Fraslin...
• Une " consultation officinale " problématique ....
• L’association " Élus, Santé Publique & Territoires "...
• Lancement de Avisante : l’évaluation de la qualité des soins par les patients et les usagers...
 
 
 
 
Wikio - Top des blogs - Santé et bien être