Accueil  > Humeurs > Tiers-payant généralisé : la grève de la carte Vitale est-elle la bonne méthode ?
 
Humeurs
 
 
Tiers-payant généralisé : la grève de la carte Vitale est-elle la bonne méthode ?
février 2015, par MathieuZen 

Depuis le 22 décembre 2014, les professionnels de santé, au premier rang desquels les médecins généralistes, sont mobilisés contre le projet de loi Santé, et plus particulièrement contre la généralisation du tiers-payant. Mais la grève est-elle vraiment la bonne méthode pour se faire entendre ?

Mathieu Morio est directeur du site Finanzen .

13100241-Paris

Des montagnes de paperasse.

Après avoir fermé leurs cabinets pendant les fêtes de fin d’année, et devant la détermination de la ministre de la Santé Marisol Touraine à défendre son projet de loi Santé, les médecins généralistes ont choisi un autre mode d’action : la grève de la carte Vitale. En clair, à la fin de la consultation, le patient se voit remettre une feuille de soins, qu’il devra envoyer à son centre de Sécurité Sociale s’il veut être remboursé. But avoué : noyer les centres de Sécu sous un monceau de courriers à traiter. Autre méthode employée : le médecin accepte votre carte Vitale, mais ne fait de télétransmission au centre de l’Assurance-maladie qu’une fois par mois, au lieu de 3 fois par semaine en moyenne.

Le patient trinque.

Au-delà du débat (vaste), pour savoir si les généralistes ont raison ou non de refuser en bloc le tiers-payant généralisé (et de nombreux autres points du projet de loi Santé), on est en droit de se demander s’il est vraiment pertinent de faire ainsi la grève de la carte Vitale. En effet, les premières « victimes » de ce blocage sont les patients eux-mêmes, et non Marisol Touraine (à moins qu’elle n’attrape la grippe dans les jours à venir). Les patients, donc, qui se retrouve à avancer l’argent de la consultation pour une durée indéterminée, puisqu’il est évident que le retard dans le traitement des feuilles de soin ne va faire que s’accumuler. Dans un bras de fer où l’appui de l’opinion publique peut s’avérer déterminant, on peut craindre que la grogne ne finisse par monter parmi les patients, ce qui serait alors complètement contre-productif.

Il existe d’autres moyens de pression.

Dans une interview récente, un médecin indiquait « ne pas faire (…) la grève de la carte vitale mais plutôt la grève des autres télé-services comme les arrêts de travail en ligne » et veiller « à ce que cette grève n’impacte pas les patients. » Cette piste pourrait être une bonne alternative pour les médecins généralistes pour continuer à maintenir une pression administrative sur les centres de Sécurité sociale, tout en pesant le moins possible sur les finances des malades.

Photo : Paris, 2013 ©serge cannasse




     
Mots clés liés à cet article
  médecin généraliste assurance maladie rémunération
     
Imprimer cet article
 
     
   
  Humeurs
Entretiens
Déterminants de santé
Problèmes de santé
Organisation des soins
Professionnels de santé
Economie de la santé
International
Transversales
Société
Chantiers
Images
Portail
Initiatives
Bonheurs du jour
   
   
Proposer un article
S'inscrire à la newsletter
Mots clés
Emploi
Liens
Contact
   
 
 
 
Wikio - Top des blogs - Santé et bien être