Accueil  > Déterminants de santé > Trois aspects de la pénibilité au travail
 
Déterminants de santé
 
 
Trois aspects de la pénibilité au travail
janvier 2014, par serge cannasse 

Pour Serge Volkoff et Valérie Pueyo, il existe trois modalités de la pénibilité au travail, qu’il importe de bien distinguer parce qu’elles n’ont pas les mêmes implications en termes de prévention et de dédommagement. Chacune comporte ses difficultés de mise en évidence, pour chaque salarié concerné. Elles portent plus sur les conditions effectives de travail que sur le métier exercé lui-même.

Après plusieurs années de discussions, la pénibilité au travail est prise en compte dans le calcul de la retraite depuis octobre 2013. Ou du moins, certains de ses aspects. Pendant la discussion du projet de loi, sa définition a fait l’objet de nombreuses revendications, plusieurs groupes professionnels réclamant que le texte leur soit appliqué. En effet, sa caractérisation pratique n’a rien d’évident. Serge Volkoff (statisticien et ergonome) et Valérie Pueyo (maître de conférence en ergonomie) éclairent la discussion en distinguant trois acceptions du même terme.

Pénibilité due aux conditions de travail

La première est celle la plus communément retenue : elle désigne « les contraintes et nuisances rencontrées tout au long de la vie professionnelle et qui peuvent avoir des effets à long terme sur la santé, voire l’espérance de vie. » Elle est bien mise en évidence par la différence d’espérance de vie entre ouvriers et cadres supérieurs en France (7 ans) et par la différence d’espérance de vie en bonne santé (sans incapacité) : “ les hommes ouvriers vont présenter des déficiences sensorielles ou physiques pendant 17 ans en moyenne, alors que chez les cadres – dont la longévité est pourtant supérieure – cette durée est de 13 ans seulement.” Plusieurs travaux ont montré qu’une partie de ce différentiel est dû au travail.

Ce qui compte ici, ce sont les relations de long terme entre l’exposition à des facteurs délétères et l’état de santé : il ne faut pas se focaliser sur la dernière période de travail. Trois facteurs sont incontestablement nocifs : les efforts physiques intenses, les horaires de nuit et l’exposition aux produits toxiques. Il n’y a pas d’effet seuil facile à mettre en évidence.

Les auteurs insistent sur trois points. Le premier risque de fâcher certains représentants de professions : ce ne sont pas les métiers en eux-mêmes qui portent les risques de pénibilité, mais les contraintes de travail qui leur sont éventuellement associés. Par exemple, dans cette optique, c’est d’abord quand elles ont exercé de nuit pendant un certain temps que les infirmières sont susceptibles de revendiquer le “compte pénibilité. Les autres facteurs sont plus difficiles à montrer, car leur lien avec la dégradation de la santé à long terme sont moins documentés (ce qui ne signifie pas qu’ils n’existent pas).

Deuxième point : il faut tenir compte des variations dans le temps de la pénibilité, notamment quand les facteurs ne sont plus rencontrés par le travailleur. Enfin, toute exposition à un facteur de risque, notamment celle à un produit toxique, n’est pas forcément vécu comme “pénible” par le salarié, “ cette ignorance constituant par elle-même un facteur de risque accru.

Pénibilité due à un état de santé déficient

Seconde acception du terme, “ la sensation de pénibilité peut également provenir d’un état de santé déficient, en lien ou non avec le passé professionnel, dès lors que cette déficience rend insupportables, ou peu supportables, les exigences du travail actuel.” Elle augmente avec l’âge : “ les troubles de santé impliquant des limitations de capacité ou un traitement médical concernent à peu près un tiers des individus de 18 à 35 ans, la moitié des quadragénaires et deux tiers des quinquas.” Si ces troubles peuvent être “ pour partie provoqués, renforcés ou accélérés par le travail “, il est important de reconnaître que celui-ci peut aussi avoir un effet protecteur sur la santé quand il est bien organisé et quand le salarié dispose d’une marge de manoeuvre pour aménager son travail. Il faut donc viser la prévention en agissant sur les conditions de travail et non se contenter d’une indemnisation par les départs anticipés à la retraite ou un autre moyen, même s’ils sont éventuellement nécessaires.

Le mal-être dû au travail

La troisième acception du travail est la plus délicate, parce que la plus difficile à objectiver : le mal-être éprouvé du fait de la vie professionnelle. Mais elle correspond à une évolution réelle de l’organisation du travail – accroissement et accumulation des contraintes de temps, culte de l’urgence, changements organisationnels brusques et mal maîtrisés – “ ce qui compromet les modes opératoires qui sont propres à chacun.

Les conséquences en sont bien connues : sentiment de travail mal fait, de manque de reconnaissance, parfois de solitude. Statistiquement, “ cette insatisfaction profonde est très liée à l’intention de quitter la vie professionnelle avant l’âge de la retraite.” Là aussi, les professionnels de santé sont indubitablement concernés (de nombreuses études montent qu’ils sont particulièrement victimes du stress et des “risques psychosociaux”). Les auteurs de l’article plaident pour la reconnaissance des “atouts de l’expérience” plutôt que par un droit au départ précoce, qui comporte un piège : privilégier la sélection des personnes au détriment de l’amélioration de la qualité de vie au travail.

Pour eux, l’enjeu de la pénibilité ne se résume donc pas à une discussion sur les droits de départ anticipé à la retraite, bien qu’elle soit importante. Il faut privilégier trois grandes “catégories d’action : améliorer les conditions de travail ; mettre en place des actions ciblées permettant de protéger ou de réaffecter ceux, plus nombreux au fur et à mesure que l’âge avance, que fragilise une santé dégradée, ainsi que ceux dont une longue exposition à des nuisances pathogènes peut réduire la longévité ; valoriser les atouts de l’expérience.

Serge Volkoff, Valérie Pueyo. “Pénibilité” du travail. In Dictionnaire du travail. PUF, 2012

photo : Split (Croatie), 2013 ©serge cannasse




     
Mots clés liés à cet article
  travail inégalités catégorie sociale stress maladies professionnelles psychopathologie du travail
     
Imprimer cet article
 
     
   
  Humeurs
Entretiens
Déterminants de santé
Problèmes de santé
Organisation des soins
Professionnels de santé
Economie de la santé
International
Transversales
Société
Chantiers
Images
Portail
Initiatives
Bonheurs du jour
   
   
Proposer un article
S'inscrire à la newsletter
Mots clés
Emploi
Liens
Contact
 
• Jouir et souffrir au travail...
• Clitoridienne ou vaginale ?...
• Un paradoxe des maladies professionnelles...
• Comprendre les liens entre travail et souffrance mentale...
• Expertise de l’Afsset sur les effets sanitaires des champs électromagnétiques d’extrêmement basses fréquences...
• Le classement en trois listes des grandes entreprises en matière de prévention du stress abandonné...
• Église catholique et contraception : la mémoire courte...
• L’obèse, martyr contemporain...
• Tabagisme passif et infarctus du myocarde : il faut déchanter, de là à se taire ......
• La lutte contre le tabac renforce les inégalités sociales de santé...
• Chlordécone : où sont passés les journalistes ?...
• Cancers et pollution des sols par les pesticides organochlorés (chlordécone) en Martinique : pas de lien évident, selon l’INVS...
• Les substances dangereuses font courir de nouveaux risques croissants aux travailleurs européens...
• Travail des immigrés : plus de monotonie, moins de coopération...
• Amiante : l’Afsset prudente, la Commission européenne irresponsable...
• Pourquoi les sans domicile fixe refusent-ils d’être pris en charge ?...
• Santé mentale au travail : une étude aux résultats incontestables...
• La santé précaire au travail...
• Santé au travail : DRH et salariés ne partagent pas les mêmes avis...
• Santé au travail : une mise au point de la FNORS...
• Subventionner un vélo pour moins polluer...
• Sous déclaration des accidents du travail et des cancers professionnels...
• Un communiqué de l’Afsset sur les éthers de glycol...
• Le marché de la prostitution...
• Violences au travail : les "obligés du public" sont les plus exposés...
• Le repas depuis 45 ans : moins de produits frais, plus de plats préparés...
• Signature d’un accord national sur le stress au travail...
• Quelles politiques pour davantage de bébés ?...
• Arrêt du tabac : un comportement plus collectif qu’individuel...
• Une vieille dame tenace et pleine d’humour...
• Les chiffres édifiants de la morbidité routière...
• Santé et travail en Europe...
• Travail : trois injonctions paradoxales...
• Efficacité et convivialité dans l’entreprise...
• Les structures d’accueil pour jeunes enfants : disparités géographiques et manque de place...
• Stress au travail : une très bonne introduction par l’INRS...
• Droit opposable à la garde d’enfants : dévêtir Pierre pour habiller Paul...
• Devenir adulte en Europe...
• Prisons et psychiatrie...
• Violences physiques : près de la moitié au sein des familles...
• Faible recul des ventes de tabac en 2007...
• Bon accueil des messages sanitaires sur l’alimentation...
• Téléphones portables : danger pour les tomates !...
• Un miracle laïc : la chute du taux d’infarctus en un temps record...
• Un point de vue pour la légalisation des mères porteuses ...
• Un communiqué de l’AFSSET : légionnelles dans les tours réfrigérantes...
• Les centenaires d’Okinawa...
• Renault : décréter la convivialité...
• Usine Renault Cléon : pressions pour renoncer aux arrêts de travail...
• Centres d’appel téléphonique : la mauvaise réputation...
• Pénibilité au travail : négociations interrompues...
• La santé des plus pauvres...
• Grands-parents : une figure sociale renouvelée...
• La Grande-Bretagne autorise des chimères homme-animal...
• Exposition professionnelle aux produits cancérogènes ...
• Pollution au travail et maladies cardiovasculaires : un lien démontré...
• Les femmes font plus de semaines de 35 heures par an que les hommes...
• Le corps de chacun : celui de sa catégorie sociale...
• Sport et santé sont dans le même bateau, ... ...
• Plus d’un million de foyers bénéficient du RMI...
• Toxicité : un OGM innocenté...
• La Grande-Bretagne déclare la guerre à l’excision...
• Homoparentalité : une réponse à Sylviane Agacinsky...
• Homoparentalité : le point de vue de Sylviane Agacinski...
• Automutilations...
• Observance (suite) : la réponse de Denise Silber à Ethicaceutic...
• Baisse du nombre de médicaments vendus en France en 2006 (6,7 %)...
• IVG et contraception : un problème de prescription et/ou d’information ?...
• En avoir ou pas...
• Contrefaçon de médicaments : l’Europe touchée....
• Vieillissement de la population : une opportunité ?...
• De quoi souffre t’on ? Etat des lieux des maladies déclarées en France....
• Observance : la réponde d’Ethicaceutic à Denise Silber...
• Le vécu de la grossesse ...
• L’observance : un article de synthèse par Denise Silber...
• Les solidarités familiales en France...
• Un sondage de l’ANACT sur la qualité de vie au travail...
• Les Français et le grand âge...
• Le recours au médecin explose depuis 1980...
• La bataille des acides gras "trans"...
• L’organisation apprenante préserve la santé au travail...
• Discriminations : les fumeurs aussi...
• Le dîner, dernier refuge de la sociabilité en famille ?...
• La souffrance des adolescentes...
• Un suicide reconnu comme accident du travail...
 
 
 
 
Wikio - Top des blogs - Santé et bien être